· 

Cédric Charbonnel

"Gravitation en Folie douce Majeure"

Aujourd'hui,

immersion dans l'univers fantasque de

Cédric Charbonnel.

Bonjour Cédric, peux-tu te présenter en quelques mots ?

 

C’est sous la menace d’être privé d’apéro que j’ai accepté de répondre aux questions indiscrètes de Sacha.

L’apéro, c’est un art sacré. Une hygiène de vie, même. J’étais coincé.

 

Je suis auteur.

J’écrivais déjà à l’école élémentaire. Puis j’ai ouvert un blog où s’alignent les mots qui me passent par la tête.

J’écris à propos de parentalité, de culture, d’égalité des sexes, de photographie, mais aussi des micronouvelles, comme ma série « Dis Papa » ou, plus rare, une tentative de rendre poétique un sac de ciment.

 

Depuis, j’ai publié deux romans, tous deux en autoédition pour le plaisir d’aller jusqu’au bout de la création du livre

et de proposer un bel objet-livre, à l’image de ce que j’ai voulu offrir dans le texte.

 

 

 

 

 

« Des Étoiles Rouges et Blanches »

 

est un thriller ascendant polar qui traîne son mystère entre les plages surchauffées

et l’ombre des pinèdes de Lacanau Océan.

On y a des secrets, on s’y enlève, on s’y cherche et on s’y tire dessus.

On n’a pas le temps de s’y ennuyer.

 

 

 

 

 

« Tara, agent félin infiltré : Première mission »,

 

est une aventure tout-public qui m’a été dictée dans mon sommeil par Tara, une petite chatte noire, agente de la ligue féline de domination mondiale qui raconte avec impertinence comment elle a pris le contrôle d’une famille humaine. Toute ressemblance avec une famille existante serait bien entendu tout à fait fortuite.

 

« Des étoiles rouges et blanches » ayant des survivants, et "Tara, une autre mission", j’écris encore.

Quand il me reste du temps, j’élève un humain et je prends des photos.

Je ne sais pas très bien ce que je réussis le mieux.

 


A présent, découvrons son univers à travers ses réponses au Jeu des 20 questions :

 

Votre devise

« C’est bien plus beau lorsque c’est inutile ».[1].

 

Un seul détail et tout change, lequel ?

Un point à la place d’une virgule.


La couleur qui teinte votre vie

Le jaune. C’est moche, mais c’est gai.

 

Le philosophe qui guide vos pas

Antoine de Saint-Exupery.

 

À quelle époque auriez-vous aimé vivre ?

Demain, parce qu’hier a des progrès à faire.

 

L’odeur qui vous fait chavirer

Humus aromatisé au champignon, côté campagne.

Diorissimo, côté ville.

 

Le trait de caractère qui vous fait fuir

La suffisance.

 

Ce qui force votre admiration

Les créateurs, fonceurs. Ceux qui « y vont ». Les faiseux, en somme.

 

Votre manie inavouable

Si elle est inavouable, je ne vais pas l’avouer. T’as de ces questions…

Bon, d’accord, en voici une : J’aime re-re-re-re […] voir « Stargate SG1 ».

 

Le paysage qui vous émeut

L’enfant qui dort.

Les vallons de ses yeux fermés, la plaine de son front barrée d’une mèche, la forêt de ses cheveux

et le sommet rebondi de sa joue épargnée par l’érosion du temps.

Le tout est parcouru par le souffle paisible de l’écrasante confiance de ce corps perdu dans le sommeil.

Parfois, il ronfle.

 

Le voyage que vous aimeriez faire

Islande !

 

Ce qui vous révolte

La malhonnêteté intellectuelle.

 

Ce qui vous déstabilise

Moi.

 

Votre source d’inspiration majeure

Vous.

 

Votre décor idéal d’écriture

Pas trop idéal, sinon je vais le contempler au lieu d’écrire.

 

Votre plus étonnante rencontre

Une bande de barjos de France et du Québec qui n’avaient théoriquement aucune chance de se rencontrer

et qui ont écrit d’étonnantes pages de vie, d’amour et d’amitié.

 

Votre style d’écriture

Je ne sais pas. Cinématographique ? Imagé ? J’ai aussi eu droit à « Poétique ».

Bref, lisez et dites-moi.

Victor Hugo disait à peu près : « Le style est comme le cristal ; sa pureté fait son éclat ».

J’y travaille.

 

Si vous pouviez changer une chose dans ce monde

Il y a tellement de choses à changer, mais j’aimerais qu’on cesse de s’exprimer par la violence.

Elle est en chacun de nous, prête à sortir sous une fabuleuse variété de formes, de la très classique mandale de grand-papa,

à la guerre totale, en passant par une « bonne fessée », l’injure au feu rouge et toute forme de harcèlement et d’humiliation.

C’est un vrai sujet très présent dans mon premier roman.

La violence irrigue tous les personnages centraux de « Des Étoiles Rouges et Blanches » au point, d’être, à sa manière, un personnage à part entière.

 

Un mot magique ?

Tchin

 

Ce que vous souhaitez véhiculer à travers vos écrits

Des émotions. Essentiellement des émotions.

Bien sûr, l’histoire de Tara est une encyclopédie de psychologie féline à forte valeur scientifique

et je prépare actuellement un traité sur l’art et la manière pour une femme de se faire une place

dans un monde d’homme avec un flingue et un couteau.

Mais l’histoire n’est qu’un prétexte à vivre un moment d’émotions. Douces ou Fortes.

 



[1] Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, Acte V, scène 6. Une devise gasconne qui a du nez, en somme.

 

 

Le personnage vous a séduit ?

Découvrez encore d'avantage, vous ne le regretterez pas....

Écrire commentaire

Commentaires: 0